Un bref rappel des exigences linguistiques

BIORIUS s’est rendu compte que nombre de ses clients sont déconcertés par les exigences linguistiques de l’UE. Bien que cet aspect relève de la responsabilité de vos distributeurs (conformément à l’article 6 du règlement européen sur les cosmétiques), il est important de rappeler les règles actuellement en vigueur, car la conception et l’édition d’étiquettes et d’emballages est un exercice coûteux pour les propriétaires de marques de cosmétiques.

Exigences légales minimales imposées par le règlement européen sur les cosmétiques

Conformément à l’article 19, paragraphe 5, du règlement européen sur les produits cosmétiques, les distributeurs doivent veiller à ce qu’un certain nombre d’exigences en matière d’étiquetage soient correctement traduites dans la ou les langues nationales des pays où les produits sont destinés à être vendus.
Ces exigences en matière d’étiquetage sont les suivantes :

  • Le contenu nominal (unités impériales au Royaume-Uni, unités métriques dans tous les autres pays de l’UE)
  • La date de durabilité minimale et la période après ouverture (PAO)
  • Les avertissements, les conseils de prudence
  • La fonction du produit cosmétique (non obligatoire si elle est évidente, mais à traduire si elle figure sur l’étiquette du produit).
  • La notice, l’étiquette, la bande, l’étiquette ou la carte jointe ou attachée, s’il y en a une.
  • L’affichage à proximité immédiate du récipient dans lequel le produit cosmétique est exposé à la vente, le cas échéant

Les distributeurs sont pleinement habilités à refuser des produits qui ne seraient pas conformes à ces exigences linguistiques et un tel refus ne peut être considéré comme relevant de la responsabilité de Biorius ou de toute autre personne responsable de l’UE.

L’étiquetage de la fonction du produit n’est pas obligatoire si celle-ci ressort clairement de la présentation du produit. Toutefois, si vous devez (ou décidez de) l’étiqueter, vous devez le faire dans la (les) langue(s) appropriée(s).
Le fait d’avoir la fonction du produit en anglais et les traductions dans une notice n’est pas acceptable, sauf si le produit est vendu uniquement à Chypre, en Irlande, à Malte et au Royaume-Uni.

De même, les avertissements et les conseils de prudence peuvent être reportés sur la notice s’il n’y a pas assez de place sur le récipient (emballage primaire) ou l’emballage (emballage secondaire). Toutefois, si vous devez les étiqueter, vous devez le faire dans la ou les langues appropriées. Là encore, le fait que les avertissements et les conseils de prudence figurent en anglais sur le récipient ou l’emballage et que les traductions figurent dans une notice n’est pas acceptable, sauf si le produit n’est vendu qu’à Chypre, en Irlande, à Malte et au Royaume-Uni.
Voir « Dispositions nationales » ci-dessous pour plus d’informations.

Exigences légales imposées par le règlement européen relatif aux allégations cosmétiques

BIORIUS recommande de traduire également les revendications du produit. La traduction des déclarations n’est pas une exigence formelle de la législation européenne (voir « Dispositions nationales » pour les exceptions) mais plutôt une interprétation de la législation par les autorités nationales. En effet, le règlement UE n° 655/2013 relatif à la justification des allégations cosmétiques mentionne que :

« L’acceptabilité d’une allégation est fondée sur la perception de l’utilisateur final moyen d’un produit cosmétique, qui est raisonnablement bien informé et raisonnablement attentif et avisé, en tenant compte des facteurssociaux, culturels et linguistiques du marché en question« .

Sur cette base, il est généralement considéré comme plus sûr de traduire les revendications dans la ou les langues des pays où le produit est vendu. On peut faire valoir que la plupart des personnes vivant dans certains pays ont une bonne compréhension de l’anglais, mais cela reste une question d’interprétation et le résultat est donc incertain.

Sur la base de son expérience, BIORIUS confirme que l’absence de traduction des revendications ne devrait pas poser de problème dans les pays d’Europe du Nord tels que les Pays-Bas, la Finlande, le Danemark, la Suède ou l’Islande, par exemple. À l’inverse, le fait de ne pas traduire les allégations risque de poser un problème (du moins d’un point de vue marketing) dans les pays du sud de l’Europe.

Sur cette base, les propriétaires de marques ont essentiellement trois options :

  • Développer une étiquette et un emballage spécifiques pour chaque pays (ou pour quelques pays) – la meilleure option selon BIORIUS.
  • Créer une étiquette et un emballage uniques conformes à toutes les exigences linguistiques (toutes les traductions sont indiquées sur le conteneur ou l’emballage) – impossible, sauf si vous ne visez que quelques pays de l’UE.
  • Développer une étiquette et un emballage uniques et apposer un autocollant là où c’est nécessaire – option pratique, mais discutable d’un point de vue marketing.

Pour mémoire, les langues nationales à prendre en compte sont les suivantes :

PaysLangue
AutricheAllemand
BelgiqueNéerlandais, français et allemand
BulgarieBulgare
République tchèqueTchèque
ChypreGrec ou anglais
DanemarkDanois
EstonieEstonien
FinlandeLe finnois et le suédois
France (Attention !)Français (voir ci-dessous)
AllemagneAllemand
GrèceGrecque
HongrieHongrois
IrlandeAnglais
Italie (Attention !)Italien (voir ci-dessous)
LettonieLetton
LituanieLituanien
LuxembourgFrançais ou allemand ou luxembourgeois
MalteMaltais ou anglais
Les Pays-BasNéerlandais
NorvègeNorvégien
PolognePolonais
PortugalPortugais
RoumanieRoumain
SlovaquieSlovaque
SlovénieSlovène
EspagneEspagnol
SuèdeSuédois
Royaume-UniAnglais

Dispositions nationales

Deux pays ont adopté des lois nationales pour garantir que tout ce qui figure sur l’étiquette soit traduit dans leur langue nationale : La France et l’Italie. Ne pas traduire les étiquettes en français et en italien si les produits sont commercialisés sur ces marchés peut entraîner des problèmes de conformité.

En France, la loi Toubon (n°94-665 du 4 août 1994) vous oblige à utiliser la langue française pour l’étiquetage. Le seul élément d’étiquetage qui n’a pas à être traduit est la mention « Made in ». Cette exemption ne s’étend pas aux mentions similaires telles que « Pays d’origine ».

En ce qui concerne les avertissements et les instructions d’utilisation ou les allégations commerciales qui peuvent figurer sur une notice plutôt que sur l’étiquette du produit : il est recommandé que les traductions française, italienne et anglaise restent sur les étiquettes du produit, tandis que les autres traductions peuvent figurer sur la notice.

Des questions ?

Author