Recommandation de cesser l’utilisation des microbilles

La plupart d’entre vous sont déjà au courant de la question des microbilles et de l’interdiction progressive de cet ingrédient problématique dans les produits cosmétiques au niveau mondial. BIORIUS vous recommande d’éliminer progressivement ces matériaux (en particulier les microbilles non biodégradables) de toutes les formules cosmétiques existantes.

Les microbilles sont des microsphères en plastique largement utilisées dans les cosmétiques comme agents exfoliants et dans les produits de soins personnels tels que les dentifrices. Les microbilles présentent un risque pour l’environnement lorsqu’elles sont éliminées dans les eaux usées. Parce qu’elles traversent les stations d’épuration sans être filtrées, leur élimination a entraîné une pollution de l’eau par les particules de plastique.

Plusieurs États américains ont déjà interdit la fabrication et la vente de produits contenant des microbilles et des initiatives sont toujours en cours au niveau fédéral.

État/TerritoireDate d’entrée en vigueurDate d’entrée en vigueur
(fabrication de produits de soins personnels)
Date d’entrée en vigueur
(vente de médicaments en vente libre)
Californie8 octobre 20151er janvier 20181er janvier 2020
Colorado26 mars 20151er janvier 20181er janvier 2020
Connecticut30 juin 20151er janvier 20181er janvier 2020
Illinois8 juin 20141er janvier 20181er janvier 2020
Indiana15 avril 20151er janvier 20181er janvier 2020
Le MaineMars 20151er janvier 20181er janvier 2020
Maryland12 mai 20151er janvier 20181er janvier 2020
New Jersey Mars 20151er janvier 20181er janvier 2020
Wisconsin1er juillet 20151er janvier 20181er janvier 2020

De même, l’Europe s’inquiète de l’utilisation des microbilles et multiplie les initiatives pour les réglementer plus strictement. Les Pays-Bas, l’Autriche, la Belgique et la Suède ont lancé un appel commun pour interdire l’utilisation des microplastiques dans les cosmétiques afin de protéger la vie marine de la contamination. Selon cette déclaration commune, l’élimination des microplastiques, en particulier dans les cosmétiques, « est une priorité absolue » pour les membres de l’UE. Les quatre pays qui soutiennent l’interdiction ont déclaré que, bien qu’il subsiste une certaine incertitude scientifique quant aux sources de contamination, « ce que nous savons déjà est suffisant pour prendre des mesures ». Ces engagements volontaires de l’industrie justifient encore davantage une interdiction à l’échelle de l’UE, affirment les Néerlandais, qui estiment que l’UE doit rétablir des conditions de concurrence équitables pour l’industrie et renforcer le rôle de l’Union en tant que chef de file en matière de produits innovants. Les Pays-Bas sont le premier pays à annoncer son intention de ne plus utiliser de microbilles dans les cosmétiques d’ici à la fin de l’année 2016.

Ce projet d’interdiction de l’utilisation des microbilles dans les cosmétiques est soutenu par les grands acteurs de l’industrie (Unilever, L’Oréal, Colgate-Palmolive, Henkel et Johnson & Johnson) et par les principales associations professionnelles européennes. Cette semaine, Cosmetics Europe a fait la déclaration suivante :

Compte tenu des préoccupations exprimées par le public au sujet des débris de plastique dans l’environnement marin et de la disponibilité de matériaux alternatifs, Cosmetics Europe recommande à ses membres d’abandonner, dans les produits cosmétiques lavables mis sur le marché à partir de 2020 : L’utilisation de particules plastiques synthétiques solides utilisées pour l’exfoliation et le nettoyage qui ne sont pas biodégradables dans l’environnement marin.

Bien que l’utilisation des microbilles soit encore autorisée en Europe à l’heure actuelle, BIORIUS a examiné tous ces éléments et conclut que ces matériaux (et en particulier les microbilles non biodégradables) devraient être éliminés progressivement et sans délai de toutes les formules cosmétiques.

Des questions ?

Author